• isabelle02237

Ceci n'est pas de la maltraitance

Ceci n'est pas de la maltraitance

Comme dit Jean-Yves Leloup, "Comment être lucide sans être désespéré?". C'est ma question de ce week-end ensoleillé même si dans quelques minutes j'irai tracer mon cercle pour montrer mon implication à dire STOP à ce monde malade.

Après avoir visionné "Ceci n'est pas un complot", "Hold-Up" et de nombreuses vidéo informatives sur les enjeux humains de cette crise, je sens en moi à nouveau le besoin d'écrire et de déposer mon ressenti...

Certains jugent la forme des reportages au lieu d'écouter le contenu. C'est le processus même de la manipulation consciente ou inconsciente. J'ai donné la semaine passée une formation sur la manipulation et je vois ici l'application des concepts évoqués avec effarement... Ceux qui en sont victimes sont dans la tétanie et perdent leur discernement. Ceux qui mettent la stratégie en place sont machiavèliques... Vraiment! Et le défi des victimes de manipulation est d'oser réaliser que le manipulateur ou la manipulatrice n'a pas que des intentions positives...

Mais non, ceci n'est pas de la maltraitance.

Je parle de toutes ces consignes qui sont souvent dépourvues de sens et de bon sens...à y perdre son latin. Et, à force, on ne sait plus ce qui est possible de faire ou pas. Et au cas où, on se tient à carreaux ... On s'isole et on s'éteint ou pas...

La bulle de Un persiste sans vraie raison. Les auditoires restent fermés, les salles de sport aussi. Les sanctions exemplaires pour un concert dans une église en respectant les règles...la messe à 15 oui, la musique à 15 non... Les artistes qui chantent à leur fenêtre en après-midi et qu'on vient arrêter... Quelle loi impose cela?

Des jeunes de 14 ans emprisonnés dans des cellules immondes toute une nuit comme des criminels parce qu'ils s'étaient retrouvés pour faire une petite fête à sept... Mais quel crime avaient-ils commis sinon de retrouver leur joie de vivre d'être ensemble?

Les restaurateurs s'épuisent et désespèrent en hurlant des STOP dans le vide sous le regard cynique voire indifférent de nos dirigeants. Les pédicures, les esthéticiennes, les centres de délassement font faillites.

Mais non, ceci n'est pas de la maltraitance.

Et puis nos ainés, on en parle peu mais leur quotidien en maison de repos est devenu invivable... pire que des prisonniers. Ma grand mère de 98 ans a été vaccinée sinon elle ne pouvait plus descendre manger au réfectoire... Mais depuis, au lieu de libérer les mesures liberticides, on les amplifie. Limitation des visites à seulement deux personnes et pas ensemble et surtout pas dans la chambre qui est laissée à l'abandon par un personnel toujours pressé. Mais surtout, interdiction de jouer au scrabble, aux cartes... la distance entre le résident et le visiteur doit être de deux mètres...

Alors imaginez ma maman et ma grand-mère qui ne peuvent plus se toucher, qui ne peuvent plus s'entendre parce que le masque et la distance pour leurs oreilles âgées réduisent toute possibilité d'intimité.

Non ceci n'est pas de la maltraitance

Chaque responsable de home, d'école, d'entreprise, de magasin devient le gardien des règles et y rajoute les siennes avec un excès de zèle qui me dépasse.

Où est donc passé l'empathie? Comment des personnes humaines responsables peuvent-elles être dépossédées de leur humanité pour imposer des règles aussi sévères sous prétexte que c'est la loi. Ça me rappelle une époque bien sordide de notre histoire.

Et ce vaccin (sans l'être) qui devient obligatoire (sans l'être) dans des centres de vaccination, privant le médecin généraliste de son art de guérir... pour une maladie qui ne tue que 0,5 % de la population, moins que le cancer, le tabac, la pollution et maintenant le suicide...

Non, ceci n'est pas de la maltraitance

Nous sommes comme des grenouilles dans l'eau tiède, bientôt elle sera bouillante et nous nous endormons... Nous n'avons presque plus la force pour sauter et bientôt nous serons cuites... Et en plus, nous ne pouvons pas trop parler, il parait que c'est la première fois dans l'histoire de l'humanité que les opinions qui ne vont pas dans le sens de la pensée unique sont censurées par des "organismes" prétendant avoir le vérité.

Je n'ai pas de solution.

Mon métier de Coach qui voit toujours le positif, qui cherche le sens, qui accompagne à réaliser ses rêves perd aussi de sa force parce que le futur est très incertain. J'accompagne alors chacun à rester aligné à ses valeurs à trouver le chemin entre le respect de soi et le respect des consignes. J'accompagne à trouver des solutions d'urgence et surtout à rester confiant en soi et maintenant les liens d'amour sacrés.

Seul le présent est positif, le soleil qui nous réchauffe, les belles rencontres qui malgré tout parviennent à se concrétiser, les actions solidaires, les amitiés renforcées ( une à la fois) et surtout la conscience de l'amour qui nous relie.

C'est à Ça que je me raccroche, la force de l'amour qui me fait comprendre et écouter chacun et leur donner le meilleur de moi.

Réveiller cet amour en soi... Cet amour de sa passion, de la Vie, c'est ma mission... Je m'y attèle pour transmuter cette maltraitance.

Et je prends conscience de tout cet amour que je reçois et pour ça je suis dans la gratitude.

Je rêve que le monde de demain soit plus conscient et plus aimant alors, je fais ma part...

Bon dimanche dans l'amour et la joie...

Isabelle Wats 21/2/2021 Photo de Noel 2019 ( je ne l'ai vue qu'une fois depuis)


40 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout